CAll Us: +216 22 25 04 01 Live Chat Submit Ticket

Le design sprint, un sprint de design ?

Initié par les équipes de Google Ventures en 2014, et théorisé par Jake Knapp (design partner chez GV) dans son livre Sprint: How to Solve Big Problems and Test New Ideas in Just Five Days, le design sprint est un subtil mélange de design thinking, lean startup et stratégie business.

La promesse – et objectif – est de créer une expérience de design en 5 jours, que ce soit pour un parcours utilisateur déjà existant, ou en démarrant de zéro, et ainsi répondre à une problématique produit en un temps record et pour un coût réduit.

On passe directement de la phase d’idéation aux tests utilisateurs en 5 jours

L’équipe

Pour ce faire, nous avons besoin d’une équipe de 4 à 7 personnes maximum,  composée de membres venants de plusieurs disciplines :

  • Experts et décideurs métier : ce sont eux qui nous apporteront la connaissance du métier, qui nous présenteront la problématique à laquelle ils sont confrontés, et qui devront savoir trancher et prendre certaines décisions au cours du sprint.
  • Un sprint master : c’est le facilitateur, il s’assure que tout avance comme prévu aussi bien en terme de qualité des livrables, que de timing et de communication entre toutes les parties prenantes.
  • Ingénieurs : ils apportent la vision technique, ils ne sont pas là pour brider la créativité, mais plutôt pour stimuler la réflexion en apportant leur propre regard.
  • Designers : ils sont au coeur de la démarche, ils vont être moteur de la création de l’expérience en sachant s’inspirer de tous les inputs de l’équipe, et ils auront à charge de créer le prototype.

Bien qu’ayant des expertises différentes, l’ensemble des membres de l’équipe participent activement à toutes les phases du sprint, incluant le design de l’expérience.

Le déroulement d’un sprint

Notre équipe réunie, passons au déroulement du sprint. Comme je l’expliquais précédemment, un sprint ne dure que 5 jours, pas un de plus !

Chaque journée a un / des objectif(s) précis, est rythmée par différents ateliers et le tout s’organise de la façon suivante:

  • 1er jour : comprendre
  • Objectifs : transmettre la connaissance métier à toute l’équipe et définir la problématique à solutionner
  • Ateliers : présentations par les experts métier, sessions de questions / réponses, rédaction de la user journey typique du persona avec lequel nous allons travailler
  • 2ème jour : diverger
  • Objectif : ouvrir le plus de portes possibles, designer le plus grand nombre de solutions possibles sans se fixer de limites
  • Ateliers : 5 why’s, ideas wall, needs / wants / desires, crazy 8, one big idea
  • 3ème jour : décider
  • Objectif : se mettre d’accord sur la / les solutions les plus pertinentes afin de répondre à la problématique posée le premier jour
  • Ateliers : zen voting, storyboard, premier tweet
  • 4ème jour : prototyper
  • Objectif : construire le prototype que nous présenterons aux utilisateurs
  • Atelier : prototypage (réalisé essentiellement par les designers, avec l’input régulier des autres membres de l’équipe)

Le format du prototype est à définir par l’équipe, selon la complexité, la plateforme cible et le temps imparti, il peut prendre la forme d’un diaporama animé, d’une vidéo, ou d’un prototype interactif (inVision, Flinto…)

  • 5ème jour : tester
  • Objectifs : recueillir le feedback des utilisateurs, valider / invalider notre solution, puis prendre une décision sur la suite à y donner (execute, iterate or kill!)
  • Ateliers : user tests en personne, débriefing des tests

Evidemment la liste des ateliers peut, et doit, varier d’une équipe à une autre, c’est à vous de savoir lesquels sont les plus efficaces selon votre propre contexte (voici une liste d’ateliers qui peut vous inspirer). Vous trouverez en fin d’article une explication détaillée de chacun des ateliers cités.

Avant et après le sprint

En amont d’un sprint il y a certaines tâches et activités que le sprint master doit mener :

  • Mobiliser l’équipe : définir quels seront les experts métier les plus pertinents, les contacter, faire en sorte que leur agenda soit complètement libre sur ces 5 jours, et surtout ne pas oublier de leur envoyer des invitations.
  • Préparer la première journée : pour que cette journée soit efficace, le sprint master doit travailler en amont avec le métier pour organiser, préparer et rédiger le matériel nécessaire à la présentation du contexte, des enjeux, du persona, des retours utilisateurs sur le site ou l’application actuelle, du benchmark des concurrents…
  • Préparer la salle (“war room”) : lors du sprint nous passerons 5 jours dans une seule et même pièce, nous collerons une quantité impressionnante de feuilles et post-its aux murs; il faut donc prévoir le matériel nécessaire (tableaux blancs, papier, stylos, feutres, post-its de différentes tailles et couleurs, écran pour projeter les présentations, machine à café…); voici une liste complète de fournitures pour votre prochain sprint.
  • Recruter les testeurs : dès lors que vous avez une date pour vos tests utilisateurs et un persona plus ou moins défini, lancez votre recrutement; vous aurez besoin d’un panel de 6 à 8 testeurs pour obtenir des retours exploitables (vous pouvez recruter dans votre entourage, à l’aide des réseaux sociaux, les remercier à l’aide de goodies… à vous de voir ce qui est possible).

Une fois le sprint terminé, que faisons-nous ?

  • Décider de la prochaine étape : à la fin des tests, nous nous retrouvons avec un ensemble de retours permettant au métier de prendre une décision quant au futur du prototype et de l’expérience
    • Les utilisateurs ont apprécié et compris notre parcours malgré certains retours mineurs → Lancer le développement d’un prototype fonctionnel / MVP
    • La démarche a été partiellement comprise, mais il y a encore une marge de progression importante → Itérer sur notre prototype
    • Nous avons apporté une solution inadaptée aux problèmes de nos utilisateurs (ce n’est pas un échec, cela nous a permis de détecter très tôt une erreur en ne dépensant que très peu de budget) → Le “tuer” et passer à autre chose
  • Communiquer les résultats du sprint aux participants : il est important de donner de la visibilité sur les résultats de notre sprint, en partageant avec toutes les parties concernées, les livrables, les photos et conclusions des différents ateliers, les vidéos et les retours des tests utilisateurs, ainsi que les recommandations pour la suite.

La promesse du design sprint est donc extrêmement intéressante et ambitieuse : 5 jours pour prototyper une nouvelle expérience de design, conçue et validée par des experts aux profils très différents. Je vous propose de découvrir par la suite comment nous avons implémenté et expérimenté cette méthodologie dans un environnement particulier : l’assurance.

Retour sur 6 mois de design sprint

J’interviens depuis le début de l’année en tant que Sprint Master au sein d’un laboratoire d’innovation pour l’un des plus grands assureurs mondiaux. Notre ambition est d’accompagner la transformation digitale entreprise depuis plusieurs années, en réinventant et accélérant la conception de produits digitaux. A terme, nous souhaitons nous positionner comme centre d’expertise et moteur d’innovation pour l’ensemble du groupe.

Nous avons choisi d’utiliser la méthodologie design sprint car elle semble la mieux adaptée à notre environnement :

  • Être en mesure de présenter des livrables avec un niveau de qualité élevé en très peu de temps.
  • Regrouper des experts métier aux agendas très chargés.
  • Faire intervenir les utilisateurs tôt dans le processus de création produit.
  • Pouvoir reproduire l’exercice sur plusieurs mois, sur des sujets différents.

Nous enchainons donc les sprints, et malgré quelques erreurs de parcours, ce choix s’est révélé être le bon.

Savoir ajuster la méthodologie

Au fur et à mesure des sprints, nous nous sommes rendus compte que la méthodologie appliquée à la lettre nous posait certains problèmes :

  • Le contenu présenté le premier jour par le métier n’était pas suffisamment complet, et nous perdions beaucoup de temps à poser des questions et chercher les réponses, au lieu d’avancer sur le sprint.
  • Nous n’avions pas le temps de réaliser un prototype avec le niveau de qualité espéré en une seule journée (pour information, nous prototypons uniquement des expériences mobiles iOS à l’aide de Sketch et Flinto).
  • La direction nous demandait de mieux communiquer sur les sprints et de faire connaître notre initiative.
  • Nous nous engagions à créer des expériences bien trop complètes et complexes, et lors du prototypage nous faisions crasher l’outil.

Après plusieurs rétrospectives, discussions sur la méthodologie et sessions de brainstorming avec l’équipe, nous avons progressivement apprivoisé et ajusté le design sprint afin de mieux répondre aux spécificités et exigences de notre contexte. Pour cela nous avons apporté trois modification essentielles  :

  1. Être plus présent lors de la phase de réflexion en amont du sprint : nous avons créé un template de présentation couvrant les aspects du métier qui nous semblent les plus pertinents, en tant que facilitateur j’organise et anime des réunions d’introduction à la méthodologie et de préparation, au cours desquelles nous repassons et validons le matériel produit.

Grâce à cela, nous avons notamment pu réduire le temps alloué à la “compréhension” et nous réalisons maintenant les activités des trois premiers jours sur deux journées, ce qui laisse donc deux jours de prototypage à nos designers.

  1. Ajouter une semaine de polish après la semaine de design sprint : à la suite des tests utilisateurs, nous avons décidé d’ajouter 3-4 jours de prototypage supplémentaires nous permettant d’inclure dans la seconde itération les retours les plus pertinents (validés avec le métier, et même s’il s’agit de changements majeurs), de nous approcher d’un niveau de finition proche de ce que pourrait être le produit final, et de mieux optimiser notre prototype pour qu’il ne crashe pas.
  2. Créer un outil de communication (blog) : une fois un sprint terminé, nous rédigeons désormais un article présentant les différentes phases du sprint, les conclusions de chaque atelier, les différents livrables et recommandations de l’équipe, le tout sous forme d’un blog accessible aux participants et collaborateurs du groupe.